Conférence/ discussion

Le Cri du Patchwork !!

Us n’est pas coutume.

Les meilleures émissions de radio disparaissent comme neige au soleil. Dans un monde qui connaît un réchauffement climatique ce n’est pas peu dire !! Ci-dessous une pétition mise en ligne sur Médiapart par jean-Jacques Birgé pour crier contre la suppressions de plus de 5 émissions de France Musiques sur la création contemporaine.

A RADIO.GRAPHIE nous sommes fans du Cri du Patchwork de Clément Lebrun et ce matin on cri !

Pour le maintien de la création musicale à l’antenne de France Musique
SIGNEZ LA PÉTITION


Photo : May Soon

Radio France, en supprimant Tapage Nocturne de Bruno Letort, À l’improviste d’Anne Montaron, Le Cri du Patchwork de Clément Lebrun, Ocora Couleurs du Monde de Françoise Degeorges, Le portrait contemporain d’Arnaud Merlin, etc. assassine la musique vivante au profit d’un flux de musique classique qui rime à un suicide de la chaîne… Pétition…

Chaque fois que j’ai travaillé à France Musique ou France Culture comme producteur, j’ai repensé aux Propositions au directeur de la radio que Bertoldt Brecht rédigea le 25 décembre 1927. Il commence par « Vous devriez à mon avis essayer de faire de la radio quelque chose de vraiment démocratique » et termine par « il est absolument nécessaire que vous rendiez compte publiquement des sommes fantastiques qui sont absorbées par la radio, ainsi que de l’utilisation, jusqu’au dernier pfennig, de ces deniers publics. » On se rendrait compte aujourd’hui que les coûts administratifs sont colossaux en regard du budget alloué à la création. D’ailleurs Brecht souligne les « honoraires minables et ridicules que l’on paie pour l’heure d’antenne à fins culturelles. »

Près d’un siècle plus tard, rien n’a changé, la situation s’est même tragiquement aggravée. La direction de Radio France, pour faire des économies de bouts de chandelle, vient de supprimer les rares émissions de création de France Musique qui n’avaient pas encore été sabordées. Disparaissent ainsi Tapage Nocturne de Bruno Letort, À l’improviste d’Anne Montaron, Le Cri du Patchwork de Clément Lebrun, Ocora Couleurs du Monde de Françoise Degeorges, Le portrait contemporain d’Arnaud Merlin et l’on ne donne pas cher de la peau de L’expérimentale du GRM… Ce pourrait être une refonte des programmes, mais la chaîne s’orienterait vers la diffusion d’un flux de musique classique à partir de 23 heures, ne proposant aux amateurs de musiques contemporaines, musiques improvisées, musiques électroacoustiques, musiques du monde, etc. qu’un créneau de deux heures maximum le week-end, soit une sorte de cabine des Marx Brothers à la mode de chez nous qui ne savons même plus planter les choux. La place du direct ou des concerts, n’en parlons même pas ! Le fleuron de France Musique disparaîtrait d’un coup, si les auditeurs de ce service public ne se révoltent pas contre cette décision arbitraire totalement absurde et mortifère. Ce n’est même pas criminel, c’est suicidaire. Mon syntoniseur de modulation de fréquences évitait déjà les stations où la publicité pollue les émissions, il va se retrouver au grenier. J’imagine que les gestionnaires de Radio France bavent d’impatience pour franchir ce nouveau pas, afin de s’aligner derrière le formatage commercial de la FM passée aux mains des marchands. La logique voudrait même que, faute d’un Audimat catastrophique suite à toutes ces décisions aussi stupides que morbides, la radio de service public suive celle qui a valu aux aéroports, par exemple, d’être vendus au privé ! Si vous pensez que je fais de la parano ou que je nage en pleine science-fiction, regardez autour de vous la casse sociale et la désertification culturelle qui ne cesse de s’accroître.

Il est loin le temps où France Musique nous commandait des émissions de création de près de trois heures comme USA le complot ou La peur du vide ! J’ai même produit un direct quotidien de 20h à 20h30 sur France Culture intitulé Improvisation Mode d’emploi avec un musicien ou une musicienne différent/e chaque soir. Malgré cette peau de chagrin arrivée aujourd’hui à son ultime extrémité, les émissions À l’improviste, Ocora Couleurs du monde, Tapage nocturne, Le cri du patchwork, Le portrait contemporain ou L’expérimentale sont ce qui se fait de mieux sur la chaîne que l’on rebaptisera désormais France Mutique. Déjà Radio France ne voulait plus payer les musiciens qui venaient jouer en direct sous prétexte que cela leur faisait de la pub. Anne Montaron résistait, sinon je n’aurais jamais joué avec Birgitte Lyregaard et Linda Edsjö à l’improviste

Trio Lyregaard – Birgé – Edsjö © France musiqueJ’imagine qu’une pétition va voir le jour pour tenter de sauver le service public au travers de ces émissions passionnantes, dernier maillon qui nous reliait à une chaîne dont les journées me semblent remplies par de la diffusion de disques de musique strictement classique avec des commentateurs lisant le dos des pochettes ou leurs petits livrets. Les émissions d’Anne MontaronFrançoise DegeorgesBruno LetortClément LebrunArnaud Merlin, etc. ouvraient des fenêtres sur le monde, un monde vivant. Je parle au passé, mais il ne tient qu’à vous qu’elles ne soient pas murées et qu’elles continuent à exister. J’irai même plus loin, faisons en sorte par notre engagement total que l’intelligence refasse surface et se répande comme une traînée de poudre… Radio France suivra ! La radio fait partie des médias extraordinaires qui donnent à rêver, vecteurs d’une reconstruction qu’il faut heureusement envisager après le massacre à l’œuvre aujourd’hui.

Ce ne sont pas simplement des émissions qui disparaissent, c’est un maillon d’une chaîne indissociable qui est brisé. Tout un secteur artistique est mis en danger par cet autodafé, depuis les auteurs, compositeurs, éditeurs, représentés par la SACEM jusqu’au public en passant par les interprètes, techniciens du son, journalistes, organisateurs de concerts, labels discographiques, disquaires, etc. Le compositeur Edgard Varèse écrivait : « le compositeur d’aujourd’hui refuse de mourir ». C’est la musique vivante qui est attaquée par des irresponsables au salaire confortable. Il ne faut pas seulement réclamer le maintien de ces émissions, mais leur expansion, et, plus encore, la démission de ceux qui ont commis cet acte d’inculture d’une arrogance inimaginable.

N.B.: le concert « à l’improviste » de ce soir 19h30 se tient hors-les-murs au Théâtre de l’Alliance Française avec la performeuse Violaine Lochu (voix, accordéon) suivie du trio SatureDay avec Michael Nick (violon, composition), Yaping Wang (yangqin) et Diemo Schwarz (électronique)…

J.J. BIRGE

P.S.:

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s