Documentaires

Luttes dans les Foyers de travailleurs.

    Nous publions ici deux documents sonores autour des luttes des résidents des foyers de travailleurs étrangers face à la politique de « restructuration » qui, sous ce terme aux consonances positives, dénote souvent des conséquences néfastes sur les conditions de vie des travailleurs étrangers. La plupart d’entre eux ont été amenés à vieillir ici – ne serait-ce que pour pouvoir toucher leur retraite- et ces changements sans réelle concertation révèlent un déni de plus envers cette population de travailleurs étrangers.

    Il s’agit pour les habitants des foyers de sauvegarder des lieux collectifs où ils peuvent s’organiser :  cuisine collective où manger à moindre coût, proposer des cours de français, avoir un lieu de culte, une ouverture sur leur quartier en proposant ces lieux collectifs aux habitants et associations locales, tisser des liens avec l’extérieur du foyer. « Tous les Sénégalais du Havre sont un jour passés au foyer Brindeau » rappelle un habitant du foyer en lutte dans le documentaire de Tiphaine Bernard.

    Les foyers étant souvent vétustes par manque d’entretien par les gestionnaires, il est clair qu’ils ont besoin d’être rénovés. Les modes d’habiter et les envies des plus jeunes divergent peut-être de ceux  des anciens, et certains préfèrent des chambres individuelles plutôt que collectives. Mais tous, souhaitent être libres de recevoir qui il veulent quand ils veulent. Les sociétés gestionnaires n’en ont que faire et préfèrent rentabiliser la surface totale en proposant des petites chambres individuelles louées plus cher, qui ne pourront accueillir personne en plus du résident.

    De plus, le passage du « foyer » à la « résidence » ne changera pas le statut particulier des habitants qui se trouvent toujours en dehors du droit commun des locations. Un foyer est assimilé à un « hôtel meublé » avec un contrat mensuel renouvelé tacitement, attaché la plupart du temps à un règlement intérieur qui explicitement nie les droits d’un locataire (le droit d’héberger un tiers, par exemple, ou d’avoir une visite après 21 heures).

RIMG0025


A lire :

http://www.alternativelibertaire.org/?Foyers-de-travailleurs-migrants-La

Brindeau – un exemple de rénovation non concertée. in « Habitats non ordinaires ». Éditions du croquant/TERRA.


    Le premier document est réalisé par Tiphaine Bernard sur le foyer Brindeau du Havre, (2011-2014) le second a été réalisé en 2009 au foyer David D’Angers dans le 19ème arrondissement à Paris. Ces deux « reportages », laissent la parole aux habitants en lutte, qui expliquent les méthodes d’intimidation qu’ils subissent de la part des gestionnaires mais aussi de la préfecture en ce qui concerne Brindeau, et en ce qui concerne le foyer David D’Angers les doubles caisses des gestionnaires qui n’hésitaient pas à faire payer les « surnuméraires » ceux-là même qui ne seront pas compter dans le relogement.

Bernard Tiphaine, doctorante en anthropologie :

« Depuis 1997, les foyers de travailleurs migrants, construits à l’époque des Trente Glorieuses, sont sujets à un « plan de traitement ». L’objectif affiché est de moderniser ces lieux d’habitation en « résidences sociales ». Or, la rencontre avec des habitants de foyers, m’a amené à voir une autre réalité ; Cette transformation passe par une diminution et un encadrement des espaces partagés (déstabilisant les solidarités et modes de vie collectifs) et par un hébergement de plus en plus individualisé (la « résidence sociale » se positionnant sur le marché du logement en anticipant une transformation du bâti). Dans quelle mesure les orientations prises par les sociétés gestionnaires présagent de changements conséquents pour les anciennes et nouvelles générations de résidents étrangers sur les foyers ?

Par ce doctorat en anthropologie, je souhaite poursuivre les réflexions sur les luttes de l’immigration, la participation politique et mettre en valeur les singularités des manières d’habiter. L’expérience d’organisation en autogestion ou en cogestion ne permettrait-elle pas, enfin, de contourner l’hégémonie des sociétés gestionnaires ? »

—————————

  • Le Havre, quartier de l’Eure. Documentaire audio réalisé par Bernard Tiphaine au foyer Brindeau du Havre.

RIMG0079

Podcast :play http://audioblog.arteradio.com/post/3062238/le_foyer_brindeau__le_havre_/

     Le 29 juin 2011, les résidents du foyer Brindeau apprennent que leur foyer va être démoli au profit d’une résidence sociale.

Les 288 résidents, qui ont occupé une chambre pendant 40 ans au foyer, sont délogés petit à petit face aux pressions exercées par le gestionnaire, la municipalité et la sous-préfecture.

   Après le non-renouvellement des titres de séjour, ce sont les espaces collectifs qui sont murés pour encourager leur départ. Malgré leurs résistances, les déménagements en périphérie de la ville et la démolition du foyer ont eu lieu en février 2014. Dans ce quartier du Havre en pleine modernisation, on assiste à la disparition d’un lieu central de rencontres et de solidarité sur la ville.

     Une trentaine de résidents et leurs soutiens se sont mobilisés pendant 2 ans et demi, contre le projet de démolition, ils nous expliquent leur lutte.

Un grand merci aux résidents et à leurs soutiens pour leur accueil en mai 2013, à Maïssoun et Adeline.

Liens : la radio des foyers sur le site de l’association Attention chantier.

  • Le foyer David D’Angers, Paris 19ème documentaire réalisé par Maïssoun Zeineddine.

photo david

play  Podcast:

http://audioblog.arteradio.com/post/3062260/foyer_david_d_angers__paris_19eme_/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s